Corrélation entre la réussite et le logement en résidence étudiante

La relation entre la réussite et le fait d'être logé en résidence étudiante

1/ Pourquoi le logement a t-il une incidence sur la vie étudiante et la réussite ?

Le logement étudiant est évidemment lié à l'égalité des chances en raison des coûts du loyer. Ainsi, certains étudiants vont choisir une filière plutôt qu'une autre en fonction de la distance qui la sépare du domicile familial. 

Mais au-delà de l'aspect économique, le logement est un paramètre important de la vie étudiante, qui permet ou non la création de liens entre les étudiants, l'accès à l'université et à ses infrastructures, etc. Le logement étudiant n'est pas seulement un toit, c'est un instrument de la réussite étudiante à part entière. C'est pourquoi les résidences étudiantes cherchent à favoriser la qualité de vie des étudiants, leur insertion sociale et l'entraide.
Il existe de nombreuses études sur les conditions de vie des étudiants et leur impact sur leur réussite. Toutes abordent principalement les questions du lieu de vie et de travail en parallèle des études.

Les avantages du logement en résidence étudiante privée

 En réalité les deux sont liés car le fait d'exercer une activité rémunérée en parallèle sert en général à financer des études, dont le principal coût est le loyer. C'est donc le logement étudiant qui est au cœur de la problématique, les raisons de son choix comme les conséquences. Il a une incidence sur la réussite car il reflète des facettes de la vie étudiante qui ont un impact conséquent sur la qualité des études. 

 

Le schéma ci-dessus illustre les liens de causalité entre le logement, la vie étudiante et la réussite:

  • le choix du logement étudiant est influencé par les besoins de mobilité spécifiques des étudiants (flexibilité entre semestres d'études ou stages) et par le montant du loyer (prix de base diminué par les aides sociales comme les bourses, les APL, etc.).
  • le logement ainsi obtenu - non sans difficulté à cause d'une forte concurrence due au manque de logements étudiants - va influencer trois critères importants de réussite:
    • la nécessité ou non de travailler en parallèle
    • le temps de trajet journalier pour se rendre sur le lieu d'études
    • le cadre de vie

On constate donc que plus le travail en parallèle et les trajets sont importants, plus les taux de réussite baisse. En effet, c'est du temps que le jeune va soustraire à celui consacré à ses études.

Quant au cadre de vie, il a été démontré que le contexte le plus favorable à la réussite est celui où le mode de vie s'organise spécifiquement autour des études. Ainsi, les étudiants qui vivent en résidence universitaire privée ou publique, en foyer ou en internat, sont ceux qui ont le plus de chances de réussir leur cursus, toutes filières confondues.

Il y a aussi des étudiants qui vivent dans un logement indépendant, seul, en couple ou en colocation, et enfin ceux qui restent chez leurs parents. Pour ces derniers, il est préférable de se détacher de la vie familiale, ce qui leur permettra de s'adapter pleinement à leur nouveau rythme de vie, une fois le choc affectif passé. Dans la même logique, les jeunes qui fréquentent souvent le restaurant universitaire ou les bibliothèques ont plus de chance de réussir, car ils s'intègrent à la vie de l'université. 

 

2/ Les autres facettes de la réussite

En réalité, la réussite dépend d'une multitude de facteurs et n'est qu'en partie prévisible. Sa définition elle-même est large. 

  • le taux de réussite varie beaucoup en fonction de la filière choisie même s'il y a eu une sélection en début de cursus. Ainsi plus la filière est similaire aux matières déjà enseignées dans le secondaire, moins les étudiants échouent ou abandonnent. Il y a plus de réussite dans les études scientifiques, les écoles d'ingénieurs et les classes préparatoires. Au contraire, les filières comme le droit, la psychologie souffrent d'un effet "test" et d'un fort taux d'abandon.
  • les parcours sont multiformes et peuvent déboucher sur des réajustements: le redoublement, l'abandon des études supérieures ou la réorientation. Selon les motivations, ce changement de direction peut ne pas être perçu comme un échec par l'étudiant.
  • de plus, la notion de réussite est relative, les degrés de difficulté étant différents: un étudiant qui échoue dans une filière aurait peut-être brillamment réussi ailleurs. 

3/ Miser sur le logement pour un impact concret sur les chances de réussite

S'il existe des facteurs liés à la classe sociale qui prédestinent la réussite dans le cursus scolaire, ils se trouvent lissés dans l'enseignement supérieur. En effet, l'influence de l'origine sociale ou du niveau d'instruction de la famille d'origine est faible une fois arrivé dans le supérieur. De nouveaux facteurs apparaissent, plutôt liés aux ressources économiques des étudiants, donc, à leur logement.

L'impact du contexte social existe indirectement puisque de très bons résultats scolaires dans le secondaire augmentent fortement les probabilités de réussite après bac. Dans les études supérieures, tout niveau social confondu, il est possible de miser sur le logement étudiant pour augmenter les chances de réussite et l'égalité des chances.

Etude Studylease du taux de réussite des étudiants

*Etude Studylease.com 2016